Confrérie Helheim Index du Forum
 
 
 
Confrérie Helheim Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le Démon dans la Hache

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Confrérie Helheim Index du Forum -> Confrérie Helheim -> Confrérie Helheim
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lord Bardan


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2009
Messages: 50
Localisation: Helheim
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 50
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam 18 Avr - 04:39 (2009)    Sujet du message: Le Démon dans la Hache Répondre en citant

Ses bottes crissaient sur ce qui semblait être du gravier, mais qui aurait tout aussi bien pu être des ossements. Tout cela lui était parfaitement indifférent.


L'homme était grand et musclé, fort comme un bœuf bâti tel une montagne. Il n'était pas très grand, mais allait sur ses deux mètres, et il émanait de lui une aura qui le faisait paraître plus grand encore.


Sa tête était dissimulé par un heaume argenté dont la pièce nasale était décorée d'une hache encadrée par deux crânes. Un gilet de cuir noir aux épaulettes d'argent, un pantalon de cuir et un ceinturon noir, des gantelets d'argent et de solides bottes noires venaient compléter son habit.


Dans sa dextre, l'homme tenait Snaga, l'Expéditrice, la légendaire et terrible Hache, tristement célèbre pour les montagnes de cadavres qu'elle a laissée derrière elle, et plujs souvent connue sous le nom de Lames sans retour. Aux temps jadis elle fut forgée pour servir de prison à Snaga, un puissant Démon qui au fil des siècles parvint à travers la Hache à corrompre le cœur de ses différents propriétaires.


Tous finirent par tomber inéluctablement sous l'emprise de Snaga, le Démon dans la Hache, tous…sauf un…


Sentant un regard peser sur sa nuque, l'homme s'arrêta et se retourna. Elle était là. Il était venu pour elle. Pour elle il avait terrassé le Démon qui le possédait, pour elle il avait combattu d'un bout à l'autre de la Galaxie sans relâche…Non, ce n'était pas elle. C'était Hel, la Déesse…


Alors Bardan, fermier devenu Seigneur Possédé, Tyran devenu Héros, mit un genou en terre et présenta sa terrible hache en faisant de ses bras une sorte de présentoir.


« Je te salue, Hel, de Helheim. Je suis Bardan, de la Hache. Et je suis venu mettre mes lames à ton service. »
_________________
Lord Bardan,
De la Hache,
Gardien d'Helheim,
Suzerain de Snaga l'Expéditrice,
Les Lames Sans Retour.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 18 Avr - 04:39 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
daimon
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 09 Mar 2009
Messages: 114
Point(s): 114
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam 18 Avr - 08:05 (2009)    Sujet du message: Le Démon dans la Hache Répondre en citant

Les troupes de l'armée de l'Ombre s'empressèrent d'entourer le nouvel arrivant et, le toisant, lui qui était vivant, semblaient convoiter le souffle qui l'habitait et qui depuis trop longtemps maintenant les avaient abandonnés. L'Ombre s'avança devant l'intrus en tant qu'émissaire en ce monde perdu... Ca et là, on pouvait entendre de nombreux murmures plaintifs parmi les damnés...

Une voix presque imperceptible se fit alors entendre, dont le souffle était aussi glacial que l'hiver terrestre :

"Nombre de mes frères se plaignent de te voir ici et rêveraient de te voir te perdre en ces lieux pour qu'enfin leur vengeance soit assouvie, toi qui a pris leur vie et qui possède toujours la tienne pendant que nous autres sommes condamnés à errer pour l'éternité. Pourquoi t'accepterions nous ici alors que, même si notre coeur ne bat plus, la haine qui l'animait à ton égard parcours toujours l'ensembole de notre corps?"


Il voulut continuer ses représailles, mais une voix ferme et autoritaire l'interrompit. C'était Hel qui se dressait maintenant parmi ses sujets :


"Tu n'es pas des plus apprécié ici et c'est compréhensible... Snaga a injustement fait des nôtres bon nombre d'innocents. Sache que je ne t'en veux pas, car tu as ainsi repeuplé mon royaume. Mais ma clémence à ton égard n'implique nullement ta protection. C'est seul qu'il te faudra te défendre en ces lieux afin d'y être accepté. Considère cela comme une épreuve initiatique ; toi qui selon tes dires en a vécu de bien pires."


Alors elle s'effaça et laissa la place à son armée immortelle. C'était maintenant à Bardan d'expliquer à ses victimes pourquoi il voulait à présent combattre à leurs côtés... Dans l'attente de sa réponse, tous les regards se braquèrent vers ce corps encore en chair...
_________________


Revenir en haut
Lord Bardan


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2009
Messages: 50
Localisation: Helheim
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 50
Moyenne de points: 1,00

MessagePosté le: Sam 18 Avr - 15:29 (2009)    Sujet du message: Le Démon dans la Hache Répondre en citant

L'espace d'un instant, la scène sembla se cristaliser. Les bourrasques de Hraelsveg se changèrent en un léger souffle. L'instant dura, s'étira, pour durer un fragment d'éternité. Dans cet instant, entre deux pensées, le temps lui appartenait. Il huma l'air aux relents de charogne, il scruta les regards colériques et écouta les promesses de haine éternelle que lui murmuraient les spectres. Ce n'était pas la peur qui le tenait, mais une tension, un sens aigu des choses. Le moment tant attendu était venu. Il allait enfin renier définitivement son passé, ou connaître la délivrance, puis l'errance…

Puis l'instant disparu, envolé telle une feuille à l'automne, et les événements d'une mortelle réalité reprirent son cours. Il était temps de se mettre à nu et de compter son histoire…

Il dégaina Snaga et la planta au sol, puis s'en éloigna de dix pas. Il extirpa sa hachette de sa ceinture et la lança, la regardant se planter aux côtés de la Hache. Il ôta son heaume et le laissa tomber au sol, tandis qu'il enlevait ses gantelets pour les mettre à l'intérieur de son heaume. Le gilet renforcé tomba bientôt au sol, alors que le bouclier personnel de son ceinturon grésillait en se désactivant. Bientôt, Bardan ne porta plus ni arme ni armure. Il était nu, à la merci de ses victimes de jadis. Il entendait leurs murmures…"Bardan le Dément"…"Le Seigneur Possédé"…"Bardan le Meurtrier"…"Tueur d'Argent"…Lorsque la tension atteint son paroxysme, l'homme ouvrit la bouche et sa voix grave et profonde fit taire les rangs des spectres.

« Je suis Bardan, et vous connaissez tous les terribles châtiments que ma Hache vous a infligés.
Aujourd'hui, je suis devant vous pour rétablir la Vérité, et me juger par moi-même, devant vous, mes victimes…

J'étais là, il y a trois mille ans…Il y a trente siècles, Bardan était un honnête fermier et un jeune marié qui venait d'acheter une ferme sur une colonie récente de l'Empire, alors en fin d'expansion. C'était une ère nouvelle, la promesse d'un âge d'or à venir, une époque d'aventure et de vie.

Nous vivions heureux, ma femme et moi, nous nous aimions, et rien d'autre ne comptait. Nous voiulions être seuls au monde, et nous aimer jusqu'à la fin des temps, jusqu'à ce que même les étoiles et les galaxies tombent en poussière. De notre amour naquit trois merveilleux enfants. C'était des anges descendus du ciel, et j'étais le père le plus comblé du monde. J'aimais ma famille, et ma famille m'aimait. Tous les cinq, nous vivions en parfaite harmonie, et la vie nous souriait…

…Puis un jour ils sont arrivés…

Les deux mille ans de Paix si chèrement gagnés par l'Empire étaient sur le point de commencer, mais il restait aux Impériaux à détruire un mal récurrent : la piraterie, le pillage, la criminalité organisée. Les Pirates revenaient d'un larcin qui s'était mal passé, car le convoi de colons qu'ils avaient attaqué et pensaient sans défenses était en réalité escorté par des astronefs de la Marine Impériale…Courroucés par leur débâcle et enfièvrés par la soif des batailles ils convinrent de se venger sur la première colonie impériale qu'ils trouveraient…

…Les défenses planétaires n'étaient pas de taille à lutter, les combats ne durèrent pas, et les défenseurs furent décimés. Mais les pillards n'en restèrent pas là. Pendant trois jours et trois nuits ils parcoururent les différentes foyers d'habitation et commirent les pires atrocités imaginées par l'Homme au cours de ses millénaires d'histoire violente. Nous célébrions notre dixième anniversaire de mariage avec les enfants et mon père quand ils arrivèrent dans notre ferme…

Héricote était un brave homme qui ne craignait pas la mort mais qui n'avait jamais recherché le conflit. Toujours bon et sage, il avait su désamorcé toutes les disputes auxquelles il avait assisté, mais ces hommes-là n'étaient pas venu pour bavarder…J'étais dans la grange lorsque j'entendis les bruits de lutte, puis les râles d'agonie de mon père…Sous mes yeux, je vis un pirate brandir un couteau dahlite et égorger le brave Héricote comme un porc à l'abatoir, alors que j'accourrais pour le sauver.

Ils me maîtrisèrent rapidement, mais ils ne me tuèrent pas : "tu vas d'abord regarder ce qu'on fait à tes enfants chéris et à ta jolie petite femme, avant…", dirent-ils. Je ne voulais pas voir cela. Je les suppliais, oui je les suppliais d'épargner ma famille et de me tuer moi plutôt qu'eux. Je leur promettais de faire tout ce qu'ils voudront s'ils les épargnaient. Ils ricanèrent et m'attachèrent à une vieille souche, dans la clairière, puis besognèrent ma chère et tendre tandis que d'autres torturaient la chair de ma chair, mes deux filles et mon petit garçon. Pendant des heures, je souffris cent, mille, un million de morts sans pouvoir leur dire une dernière fois que je les aimais, car ils m'avaient coupé la langue.

Quand ils en eurent terminé, ils entreprirent de me torturer en riant, chantant, plaisantant sur les qualités de ma dame qui s'en était allé selon eux sur un dernier râle de plaisir. Je voulais tous les tuer, les consummer de ma haine, mais j'étais impuissant. C'est dans une indifférence totale que je les laissais me torturer, sentant à peine la douleur tant mon chagrin était immense, une banale goutte de souffrance dans un océan de peine. Ils me laissèrent pour mort et repartirent vers d'autres lieux, d'autres mondes à piller, d'autres convois à attaquer.

Le temps passa tandis que je m'égarais dans les limbes, aux portes de la mort, mais je ne mourrus pas. On vint me secourir et je maudis en silence mes sauveteurs, car ils m'empêchaient de rejoindre ma famille dans l'au-delà. Pendant des mois je fus gardé dans un hôpital à moitié détruit, sanglé à mon lit et sans cesse surveillé pour faire échouer mes tentatives de mettre fin à mes jours…Puis l'immense chagrin fit place à la haine dans mon cœur, dans le grand espace vide laissé par l'amour perdu, une haine si grande et si totale que je la sentais pulser en moi même dans mon sommeil. Je devins insomniaque, mais on m'autorisa à sortir de l'hôpital. Alors j'entrepris de poursuivre le pirates et de les retrouver pour les tuer. Vendant ma ferme, qu'ils avaient laissée là sans la brûler ni la piller, faute de temps, j'obtins assez d'argent pour partir vers le centre de la vaste galaxie, où je découvrais Trantor et ses dômes miroitant au soleil. Mais aucune beauté ne ressortit de ces lieux, car le feu de ma colère occultait tout, me conduisant au bord de la folie.

Redevenant quelque peu lucide une fois au sol, j'entrpris de m'engager dans l'Armée Impériale en tant que soldat, et c'est avec plaisir que je découvris mon affectation : la Périphérie ! Notre groupe de combat allait à la chasse aux pirates ! C'est la joie au cœur et la vengeance dans l'âme que je m'embarquais dans le transport de troupes. Notre formation se déroula durant le long voyage à étapes, entre les sauts dans l'hyperespace. J'apprenais peu à peu l'art de la guerre et je m'imprégnais des connaissances qui, pensais-je, allaient me permettre de rendre justice à ma famille détruite. Je ne vivais plus que pour la vengeance, et c'est mû par un zèle malsain que je montais rapidement dans la hiérarchie, de raid en raid. Pendant dix ans, la soif de vengeance me dévora l'esprit, et la joie malsaine que j'éprouvais au combat anéantissait les derniers lambeaux d'humanité que m'avaient laissé par pitié les pirates. Si mes soins avaient été longs à l'hôpital, ils n'avaient duré que quelques mois. Pourtant, cette décénie s'écoula comme l'eau séchappant d'un ruisseau de montagne à la fonte des neiges, le flot impétueux du temps se transformant en gave et emportant toutes ces années à la vitesse du vent.

Au sortir de mon service militaire, j'étais un vétéran de l'Empire, on m'avait donné les galons de sous-officier et le grade de Lieutenant. La guerre que l'Empire menait contre les Pirates n'était pas terminée, mais mon désir de justice était ébranlé par ce que j'avais éprouvé durant les combats. Une ultime part d'humanité en moi rejetait ce que j'étais devenu, et souhaitait laver cette faute en faisant un meilleur usage de ce que m'avait appris ma colère et ma soif de vengeance. J'acceptais donc une affectation dans un nouveau groupe de combat, formé tout spécialement pour maintenir la paix dans les Mondes Intérieurs, fraîchement débarrassés de toute trace de piraterie. Je me disais que j'allais goûter à un repos bien mérité et qu'avec le temps mes blessures récentes dues à la soif des batailles guériraient et me laisseraient en paix, mais le pire ne faisait que commencer…

À l'aube de l'ère de paix que l'Empire devait bientôt apporter à l'humanité toute entière, le Lieutenant Bardan que j'étais jadis se trouva confronté à une insurrection et la soif de tuer eut raison de ma santé mentale. Les Impériaux louèrent ma bravoure et m'élevèrent au rang de Capitaine. Une grande célébration devait être donnée à Trantor pour ce triomphe, et j'y fus convié. Mais je fuyais la fête, et c'est dans le Secteur Dahl que j'échouais, par le biais de mes déambulations nocturnes. Je me souvenais du couteau dahlite, et je voulais en découdre avec les frères et les sœurs du maudit meurtrier. Je fus chaudement accueilli par les malfrats du coin, et ma soif de meurtre revint. Mais cette fois il y avait autre chose. Quelque chose, une force étrange qui m'habitait et me guidait…

[HRP/ La suite une prochaine fois, là je dois faire une pause Okay  /HRP]
_________________
Lord Bardan,
De la Hache,
Gardien d'Helheim,
Suzerain de Snaga l'Expéditrice,
Les Lames Sans Retour.



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:07 (2018)    Sujet du message: Le Démon dans la Hache

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Confrérie Helheim Index du Forum -> Confrérie Helheim -> Confrérie Helheim Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com